Arte X:enius

X:enius

X:enius

Les routes s'effritent. D'après des études, 40 % des routes nationales en Allemagne devront bientôt être refaites - et une autoroute sur cinq est déjà en piteux état. X:enius part à la recherche d'idées innovantes pour la réfection des infrastructures.
À Aix-la-Chapelle, à l'Institut de génie civil de l'université technique de Rhénanie-Westphalie, Emilie Langlade et Adrian Pflug tentent de comprendre pourquoi de plus en plus de routes et d'ouvrages d'art sont quasi hors d'usage. Le professeur Bernhard Steinauer leur explique qui sont les premiers responsables et comment, un jour, on pourra réparer beaucoup plus rapidement les ornières et nids-de-poule.
Avant de pouvoir intervenir, les constructeurs routiers doivent d'abord localiser les dégâts. Pour cela, ils peuvent désormais compter sur une application pour Smartphone. Gelsenkirchen a été l'une des premières communes à s'en servir. Ses habitants font preuve de vigilance et contribuent ainsi activement à l'entretien des routes.
Reste la question qui fâche : qui va payer la facture ? Contrairement à l'Allemagne, la France mise depuis les années 1950 sur le péage, et la plupart de nos autoroutes sont payantes. Mais comment a évolué le système français et pourquoi le voisin européen ne peut-il pas transposer notre système tel quel ?
Quelques inventions techniques pourraient peut-être permettre de sauver les routes et ouvrages d'art. Une idée particulièrement intéressante est actuellement développée aux Pays-Bas : à l'université technique de Delft, le professeur Erik Schlangen travaille sur un bitume capable de s'autoréparer. Ce produit révolutionnaire aiderait à résoudre l'un des plus grands problèmes du génie civil - sans vider les caisses de l'Etat.



Disponible en replay du 02/04/2014 au 09/04/2014 à 08:30

Chaine:

Programme: X:enius

Source: X:enius


Commentaires: