W9 Enquêtes criminelles - Un tueur rôde en bas de l'immeuble : l'affaire Courtois / Affaire Leleu : « Un mot de trop »

Un tueur rôde en bas de l'immeuble : l'affaire Courtois / Affaire Leleu : « Un mot de trop »

Enquêtes criminelles - Un tueur rôde en bas de l'immeuble : l'affaire Courtois / Affaire Leleu : « Un mot de trop »

Un tueur rôde en bas de l'immeuble : l'affaire Courtois
Juvisy-sur-Orge, 27 novembre 2011, le corps de Nathalie Davids, une jeune femme de 35 ans, laborantine à l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière, est retrouvée dans le parking de son immeuble. Elle a reçu sept balles de calibre 7,65 mm, dont une dans la tête. Cet acharnement laisse immédiatement penser à un crime passionnel.
Très vite, un homme est interpellé. Il s'appelle Michel Courtois, et ce cinquantenaire a tout du coupable idéal. Éconduit par la laborantine, il la harcelait jours et nuits par téléphone. Et d'ailleurs, lors de sa garde à vue, l'homme va passer aux aveux : « J'ai fait tout ça par amour ».
L'affaire semble bouclée et pourtant... En moins de trois mois, 3 autres personnes vont trouver la mort : Jean-Yves Bonnerue, un cadre technique de 52 ans, Marcel Brunetto, un retraité de 81 ans et, pour finir, Nadia Lahssen, une mère célibataire de 48 ans. Les policiers sont sur le pied de guerre.
Tout laisse penser qu'un tueur en série sème la terreur en banlieue parisienne car les 4 victimes ont toutes été tuées avec un pistolet de calibre 7,65 mm.
Au plus haut niveau de l'État, on redoute le pire, d'autant qu'au même moment, un autre tueur fait la une de l'actualité, il s'agit de Mohamed Merah.
Alors une question taraude les enquêteurs : comment expliquer que les meurtres s'enchaînent alors que Michel Courtois est en prison ?
L'homme est-il le commanditaire de ces meurtres en série ou la police s'est-elle trompée sur le coupable ?
Retour sur une affaire qui a fait trembler la France !


Affaire Leleu : « Un mot de trop »
Angers, lundi 8 février 2010, les policiers sont avertis de la disparition d'un riche producteur de spectacles. Il s'appelle Alain Leleu, il a 63 ans. L'enquête permet de découvrir que le producteur a passé le week-end chez sa maitresse : une mère de famille, Alexandra Nicolas. Contactée par téléphone, celle-ci confirme que le producteur a bien passé le week-end avec elle mais, que depuis son départ, le dimanche après-midi, elle n'arrive plus à le joindre.
Cette mystérieuse disparition va rapidement se transformer en affaire criminelle aux multiples rebondissements.
Quinze jours plus tard, les policiers finissent par découvrir le cadavre du producteur de spectacles dans le coffre de son luxueux 4x4.
Très vite, les enquêteurs vont mettre à jour une facette méconnue de la victime : Alain Leleu menait une vie libertine et avait recours à des relations sexuelles tarifées.
Or, en fouillant le passé d'Alexandra Nicolas, la maîtresse d'Alain Leleu, il apparaît que cette grande blonde d'1m80, a été successivement tenancière de salon de massage, actrice de films pornographiques et escort girl. On est bien loin de l'image lisse de la mère de famille. D'autant que cette femme avait un autre amant... Elle devient donc le suspect numéro 1.
Entendue, Alexandra Nicolas ne tarde pas à passer aux aveux. Mais la version qu'elle donne est-elle crédible ?
Un document exceptionnel, où dans l'attente de son procès, la meurtrière a accepté de raconter comment et pourquoi, elle est passée à l'acte...


Émission déconseillée aux moins de 10 ans.



Chaine:

Programme: Enquêtes criminelles

Source: Un tueur rôde en bas de l'immeuble : l'affaire Courtois / Affaire Leleu : « Un mot de trop »


Commentaires: